Mocassin pour homme : origines et histoire

Qui ne connaît pas le mocassin ?

Facilement reconnaissable, il fait partie des modèles de chaussures les plus connus.

Et ce n’est pas surprenant : c’est, à ce jour, la chaussure la plus ancienne au monde.

 

En effet, la première chaussure connue date de 5 500 ans et …. C’est un mocassin !

Avec une si longue histoire, vous imaginez bien qu’il a été développé, autour de ce type de chaussures, une variété très large de déclinaisons au fil du temps.

De plus, en traversant autant d’époques le mocassin a connu quelques heures de gloire avec des modèles qui, depuis, sont devenus représentatifs du genre.

Voici la plus vieille chaussure du monde connue à ce jour

Voici la plus vieille chaussure du monde connue à ce jour

 

Dans cet article, vous allez découvrir tout ce qu’il faut savoir sur ce type de chaussures :

  • Quelles sont ses caractéristiques ?
  • Quelles sont ses origines ? Son histoire ?
  • Quelles sont les variations autour du mocassin ?
  • Quelques exemples de mocassins “mythiques”

 

Autant dire qu’après cela, vous ne ferez plus la confusion et, en plus, vous aurez de quoi briller en société !

 

 

qu’est-ce qu’un mocassin  ?

 

Pour le définir, il y a deux angles d’approche.

Les deux ont la même légitimité : les chaussures qui répondent à l’un ou à l’autre pourront rentrer dans la case “mocassins”.
Note: si vous n’êtes pas familier avec certains termes techniques utilisez dans le paragraphe ci-dessous n’hésitez pas à consulter notre lexique de la chaussure.

 

L’approche historique / technique

Dans cet angle d’approche, c’est le montage qui nous intéresse.

Et c’est assez simple !

Si la chaussure est construite avec un montage mocassin alors c’est… Un mocassin (logique, non ?)

En fait, ce montage est aussi appelé montage tubulaire ou intégral.

On l’appelle cousu mocassin en clin d’œil aux chaussures confectionnées par les Indiens d’Amérique (d’où la dimension historique de l’approche).

Différents montages des chaussures cousu mocassin

 

Comment est réalisé ce montage ?

C’est assez simple :

La pièce de cuir qui sert de première de montage remonte sur les côtés pour former le bas de la tige.

On vient alors coudre une seconde pièce de cuir qui servira à réaliser le plateau.

La semelle sera ensuite cousue ou collée. 

 

Dans les faits, il n’y a que certains mocassins qui sont fabriqués ainsi (notamment ceux qu’on appelle, car shoe mais je vous en parle plus loin dans cet article).

Actuellement, la grande majorité des mocassins sont proposés en cousu Goodyear ou Blake ou encore avec une simple semelle collée.

 

 

L’approche esthétique

On pourra aussi dire d’une chaussure que c’est un mocassin si elle respecte certains critères esthétiques sans s’intéresser particulièrement au montage utilisé pour la fabriquer.

Cette fois encore la définition est assez simple :

“Un mocassin est une chaussure basse à plateau, sans lacets et avec des éléments de décoration sur le cou-de-pied (pampilles ou plastron dans la plupart des cas, mais je vous parle de tout cela plus loin dans l’article).”

 

La présence du plateau est la chose la plus importante : s’il n’y en a pas, on sera alors en présence d’une chaussure dite slipper.

Les décorations ne suffisent pas à définir un mocassin, car vous pouvez, par exemple, trouver des slippers à pampilles.

chaussure cuir homme slippers pampilles

Ici un slipper à papilles de chez JM Weston

 

 

Les origines du MOCASSIN

 

Je vous l’ai dit en introduction de cet article : le mocassin est le plus vieux type de chaussures connu à ce jour.

Comme je ne veux pas que cet article soit interminable, je vais vous parler ici de l’histoire moderne du mocassin.

Compte tenu de la très grande variété dans les styles de mocassins différents (dont je vous parle plus bas) il n’est pas simple de remonter l’histoire de cette chaussure emblématique.

Du coup je retranscris ici 3 versions différentes de l’origine du mocassin.

 

La version anglaise

Pour les Anglais, le mocassin a été développé par la maison de bottiers Wildsmith Shoes.

En 1926, cette maison met au point, pour le roi George VI, une chaussure sur mesure qu’il pourra porter à l’intérieur de sa maison de campagne.

Ce modèle fut d’abord appelé 582 puis 98. Ce n’est que plus tard, lorsqu’il fut fabriqué en séries, que l’entreprise le rebaptisa Wildsmith Loafer.

 

La version norvégienne

Pour les Norvégiens, c’est le bottier Nils Gregoriusson Tveranger qui serait le père du mocassin. 

Adolescent, il part aux États-Unis pour se former à la confection de chaussures.

Lorsqu’il revient en Norvège, vers 1930, il développe un nouveau modèle de chaussures qu’il appelle Aurland Mocassin.

Pour le mettre au point il s’inspire, à la fois, des chaussures portées par les Iroquois et de celles que portent, les habitants d’Aurland.

Ensuite, les Norvégiens commencèrent à exporter ce type de chaussures en Europe où elles furent repérées par des Américains qui décidèrent de développer leurs propres versions.

Cela nous amène à la troisième version de l’origine de ce modèle.

 

La version américaine

Des étudiants (Américains donc), en voyage en scandinave au début des années 1900, ramenèrent chez eux les chaussures portées par les pêcheurs norvégiens.

mocassin weejun

 

Très simples et confortables ces chaussures devinrent rapidement très populaire outre-Atlantique.

A tel point qu’en 1934 l’entreprise G.H. Bass se met à faire des mocassins inspirés de ces souliers traditionnels en ajoutant une pièce de cuir au niveau du cou-de-pied. 

Elle baptise ce modèle “Weejuns” (qui sonne comme une contraction de norvégien en anglais) qui commença comme une chaussure d’intérieur pour l’été avant de devenir le grand classique que nous connaissons tous.

 

Difficile de savoir laquelle de ces versions est la vraie.

Les deux dernières se recoupent sans qu’il soit possible de trancher sur la véritable paternité du modèle.

Dans tous les cas elles marquent, toutes les trois, le début de l’ère moderne du mocassin qui sera ensuite décliné dans de nombreuses versions dont je vous parle juste en dessous.

 

 

Variations autour DU MOCASSIN

 

Vous avez décidé de vous lancer et de vous acheter une belle paire de mocassins ?

Laissez-moi vous aider en vous présentant les trois grandes familles.

Vous pourrez alors choisir en toute connaissance de cause.

N’oubliez pas, cependant, les points à contrôler avant d’acheter des chaussures.

 

Penny loafer

moccasin penny loafer

 

Ici on est dans la famille des mocassins descendants du Weejuns développé par l’entreprie G.H. Bass dont je vous parlais plus haut. 

 

On constate que la pièce de cuir sur le cou-de-pied dispose d’une ouverture / entaille en forme de lèvres.

C’est d’ailleurs de là que vient son nom.

A l’époque cette entaille avait la forme et la taille parfaite pour y glisser un petit objet rond comme un penny.

Et ça tombait bien : c’était le coup d’un appel téléphonique !

 

Toujours à la recherche d’un élément différenciant les étudiants l’adoptèrent grâce à la touche flashy donner par les reflets du soleil sur la pièce.

Ce type de mocassin est fortement associé au mouvement preppy et au style des étudiants de l’Ivy league.

ivy league style

Bon, ils ne portent pas tous des penny loafers, mais au moins ça illustre le style preppy

 

 

Tassel loafer (= mocassin à pampilles)

mocassin pampilles

 

C’est l’autre grand classique du mocassin. 

 

Son origine est assez floue mais on attribue l’idée à un américain :Paul Lukas.

Il acheta un jour, en Europe, une paire de richelieu avec de petites pampilles au bout des lacets.

De retour chez lui il demanda au fabricant de chaussures new-yorkais Karkas & Kovacs de lui proposer un modèle de chaussures qui utiliserait des pampilles.

Pas totalement satisfait du résultat (mais ne souhaitant pas abandonner son idée) il demanda à deux autres fabricants de chaussures : Lefcourt et Morris Bootmakers.

 

C’est alors que l’histoire devient un peu floue.

On ne sait pas vraiment comment, mais ces deux entreprises se tournèrent vers Alden qui jouissait déjà d’une bonne réputation à l’époque (l’entreprise existait depuis une bonne cinquantaine d’années).

C’est ainsi qu’Alden proposa, dans le courant des années 50, la version du mocassin à pampilles que nous connaissons tous et qui est, encore aujourd’hui, un grand classique de leur catalogue.

 

 

 

Driving loafer (car shoe)

mocassin car shoe

C’est la troisième version du mocassin que nous connaissons tous.

C’est aussi la plus récente.

 

Son origine est intimement liée à l’industrie automobile italienne.

Les années 60 sont très fastes pour les entreprises de ce secteur.

Non contents de proposer des voitures que le monde entier s’arrache, les ingénieurs italiens décident de mettre au point une chaussure qui sera confortable pour la conduite, pratique et aussi élégante.

Un condense de l’esprit d’alors qui régnait de l’autre côté des Alpes.

 

C’est ainsi que deux entreprises sortirent de terre : Car Shoe (oui, comme kleenex ou post-it la marque est devenue le produit) et Tod’s.

Ce sont elles qui proposèrent ce mocassin simple et très souple avec des picots de caoutchouc sur la semelle pour pouvoir facilement passer d’une pédale à l’autre lors de la conduite.

 

Réservé à une cliente très fortunée à ses débuts (il faut dire que ces chaussures n’étaient alors portées QUE pour conduire), le mocassin “car-shoe” se popularisa lorsque certains se décidèrent à les porter au quotidien.

 

 

Les mocassins mythiques

 

Vous l’avez compris le mocassin est un grand classique de la chaussure pour hommes.

Du coup, de très nombreuses marques proposent leur vision de ce modèle. A tel point que certains d’entre eux sont devenus de véritables classiques.

 

 

Weston 180

mocassin-JM-Weston-180

 

G.H Bass Weejun

mocassin gh bass

 

 

Alden Tassel Loafer

mocassin alden tassel loafer

 

Car shoe driving loafer

 

Jacques & Déméter …. Bientôt :)

 

  • Jipé Box

    Merci pour toutes ces infos. Très intéressant. J’ai hâte de voir ce que vous allez proposer :)

    • Merci Jipé ! Rendez-vous la semaine la prochaine alors. J’espère que ça vous plaira ;)