Chaussures faites main : le grand mensonge marketing

 

Vous avez remarqué qu’une des tendances actuelles est la recherche de produits authentiques, qui racontent une histoire ?

 

Par exemple :

  • Vous achetez une bouteille de vin : elle vient forcément d’un petit producteur indépendant.
  • Vous achetez un saucisson : c’est un petit paysan qui le fait tout seul chez lui dans son grenier.
    (oui, ajouter le mot petit devant producteur, atelier ou autre renforce l’idée que vous êtes face à un produit authentique)
  • Etc.

 

Vous voyez de quoi je parle ?

 

Sachez que les chaussures ne font pas exception à la règle.

Je vois apparaître de plus en plus de marques qui mettent en avant la mention : “chaussures faites main”… vendues en général entre 150 et 350€.

Sachez-le : elles ne sont absolument pas fabriquées à la main.

 

Personnellement, je suis très attaché à cette recherche d’authenticité.

A cette volonté de consommer des produits plus humains et de soutenir des fabricants et artisans aux savoir-faire d’exception.

En résumé de consommer moins, mais mieux.

Je pense qu’il n’y a que du positif dans cette façon de faire.

 

Ce qui me dérange c’est que, de la même façon que pour les produits écoresponsables à une époque (ou le made in France à une autre), de plus en plus de professionnels (vous) abusent.

 

C’est, par exemple, le plat indiqué comme “fait maison” dans un restaurant.

Sauf qu’en réalité il n’est fait qu’en mélangeant, ensemble, des préparations industrielles.

Ensuite, on ajoute quelques produits découpés sur place.

Et voilà ! On peut alors vous le vendre comme un plat “fait maison”.

chaussures faites main : plat maison

 

C’est la même chose pour les chaussures faites main.

D’ailleurs, je vous présentais déjà, dans un autre article, cet argument comme l’un des 3 mensonges les plus courants pour vous vendre une paire de chaussures.

 

Jusqu’en juillet 2016, l’appellation “fait-main” pour la chaussure était réglementée (par la loi n°48-824 du 14 mai 1948)

Cela signifiait qu’on ne pouvait pas l’utiliser n’importe comment.
Note : cette loi avait déjà fait l’objet d’un débat public dans la nuit du 5 mai 2015 au Sénat.
Le ministre de l’économie de l’époque (M. Macron) considérait que les bottiers travaillant désormais quasiment tous à la machine il était temps d’abroger une loi qui ne reconnaît que ceux travaillant à la main.
 En 2015, l’amendement n’avait pas été adopté. Cependant, la loi a fini par être abrogée le 1er juillet 2016.

 

Désormais, le fabricant est libre, en son âme et conscience, d’utiliser ces appellations.

Dans le cas de Jacques & Déméter, vous ne verrez jamais cette mention.

Pour la simple et bonne raison que nos chaussures ne sont pas faites main.

Les coutures sont réalisées par une machine.

 

“Si les coutures sont réalisées avec une machine pourquoi certains fabricants disent que leurs chaussures sont faites main ?”

 

D’abord pour jouer sur cette tendance du produit artisanal, authentique dont je vous parlais plus haut.

Ensuite, une usine de fabrication de chaussures ne ressemble pas vraiment à une usine de montage de voitures.

Il est totalement impossible d’automatiser la production.

chaussures faites main usine tesla

L’atelier qui fabrique nos chaussures ne ressemble pas vraiment à ça

 

Il faut que quelqu’un utilise, avec ses mains, les différentes machines.

Et là où ça se complique, c’est que le premier venu ne peut pas prendre une chaussure, allumer la machine et réaliser la couture.

L’opérateur a une vraie valeur ajoutée. C’est son savoir-faire qui va permettre de réaliser une belle couture. 

Voici un exemple de machine utilisée pour coudre certaines semelles. Comme vous le voyez, il ne suffit pas de mettre la chaussure dedans.

 

Du coup, certains considèrent, de façon abusive pour moi, qu’ils peuvent dire que leurs chaussures sont faites main.

Personnellement, je considère que ça sera le cas si tout le travail a été réalisé à la main (ça semble logique, non ?).

Notamment toutes les coutures du montage entre la tige et la semelle d’usure
Note : la piqûre des différentes pièces de la tige sera quasiment tout le temps réalisée à la machine. Même chez un bottier.

chaussures cousues main

L’image parle d’elle-même : voilà une couture faite main

 

Certains fabricants vont encore plus loin… Et c’est justement le sujet de cet article.

Ils vont faire, à la machine, des finitions normalement réalisées à la main.

Ces finitions sont considérées le plus souvent comme la signature du travail d’un bottier. 

Elles n’ont pas d’influence sur la durée de vie du produit.

 

Pourquoi s’embêter à les copier alors ? (Surtout que le résultat est bien moins beau que ce que fait un bottier).

Tout simplement pour appuyer ce (faux) argument du fait main et vous les vendre plus cher que ce qu’elles ne valent réellement. 

Toujours la même histoire malheureusement.

 

Je vais vous parler des 3 imitations de finition qu’on voit le plus souvent.

La prochaine fois que vous les croisez, méfiez-vous !

Si en plus on vous soutient que les chaussures ont été faites main : passez votre chemin.
Note : le prix est ici votre allié. Vu le nombre d’heures de travail que représente la fabrication d’une paire de chaussures à la main, à 150€ (voire même 500€) elles ne peuvent tout simplement pas avoir été faites main.

 

Cela ne veut pas dire que les chaussures sont mal faites hein.

C’est juste que ces finitions sont de la poudre aux yeux pour provoquer un “effet waouh” lorsque vous les regardez et ainsi déclencher plus facilement l’acte d’achat. 
Note : elles demandent un peu de temps donc viennent gonfler, pour rien d’après moi, le prix de revient de la paire

 

 

Chaussures faites main : la fausse lisse ronde

 

C’est sans doute la plus grosse supercherie des 3 présentées dans cet article.
Note : pour rappel, la lisse c’est la tranche de la semelle des chaussures.

 

Ici, nous allons particulièrement nous intéresser à la partie de la lisse qui se situe au niveau de la cambrure (donc entre le début du talon et la partie qui appuie sur le sol lors de la marche).
Note : dans certains cas très particuliers, vous avez une lisse ronde sur toute la tranche de la semelle, mais ça reste très rare.

 

Si on ne fait pas de finition particulière on parle alors de lisse carré.

On laisse donc la semelle comme elle est naturellement.

Sur toutes nos chaussures (ici notre derby chasse marron) la lisse est carrée

 

Pour des raisons esthétiques (cela donne plus de finesse aux chaussures) un bottier va réaliser une lisse ronde (ou collante, car dans ce cas la lisse colle à la tige du soulier).

De l’extérieur, cette partie de la semelle sera alors … arrondie :

 

Mais pour arriver à ce résultat, il y a un gros travail en amont lors de la fabrication de la chaussure.

 

1 – Il faut tout d’abord que le mur de montage soit bien plus rentrant pour que les points de la couture , lors de leur réalisation, passent sous la cambrure. 

Ils seront alors invisibles (j’y reviens un peu plus loin)

 

2 – Dans le cas d’une lisse ronde, le bottier va parer la trépointe une fois que celle-ci a été cousue pour qu’elle soit plus fine en cambrure.

 

3 – Enfin la finition de la lisse doit être faite sans arrête. C’est le fameux arrondi dont je vous parlais plus haut.

le moins qu’on puisse dire c’est que la lisse colle à la tige ici

 

Afin d’imiter cela, certains fabricants vont juste venir arrondir les angles de la semelle à la machine.

Il n’y aura pas eu de préparation particulière.

On a une semelle normale sur laquelle on est simplement venue arrondir les angles de la lisse à cet endroit.

Sauf que le résultat est loin d’être aussi beau.

Une lisse ronde industrielle ça ressemble à ça

Vous avez un moyen de voir si vous avez une “vraie ou fausse” lisse ronde : regardez à l’intérieur du pied.

Entre le dessus de la semelle et le cuir du chaussant : si vous ne voyez pas la couture c’est une vraie lisse ronde (c’est infaisable autrement qu’à la main).

Si vous la voyez c’est une fausse lisse ronde.

 

 

Le cambrion en relief

 

Cette fausse finition est un peu plus dure que la précédente à réaliser.

Du coup, on la voit moins souvent (qui dit plus compliqué, dit plus de temps, donc plus coûteux).

 

Dans la grande majorité des (bonnes) chaussures, le cambrion (ie la pièce allongée placée dans l’épaisseur du semelage pour donner de la fermeté à la cambrure et soutenir la voûte plantaire) sera en bois ou en métal.

Pour des chaussures sur-mesure, il sera en cuir.

 

Le cuir pouvant être travaillé (plus facilement que le bois ou le métal) le bottier lui donne une forme que la semelle d’usure va venir épouser.

Une fois la chaussure terminée vous avez cet aspect de relief, sous la chaussure, au niveau du cambrion.

Comme pour la lisse ronde vous voyez donc que ce n’est pas qu’un simple travail sur la semelle d’usure.

La forme est imposée par le cambrion.

Voici le résultat pour une paire de chaussures faites main. On voit bien la forme en Y prise par la semelle sous l’effet du cambrion

 

Pourtant certains fabricants utilisent des cambrions droits (en bois ou métal) et viennent ensuite sculpter à la machine cette partie de la semelle d’usure pour imiter la finition des bottiers.

La encore , comme pour la lisse ronde, ce qui normalement est le témoignage du travail à la main d’un bottier est vulgairement imité à la machine pour tenter de vous en mettre plein les yeux. 

 

Le passage (grossier) de la roulette d’emboîtage

 

On termine par la finition inutile que vous verrez le plus souvent : le coup de roulette d’emboîtage. 

Voici une roulette d’emboîtage

 

Dans le cas d’une chaussure réalisée par un bottier c’est une forme de signature.

Il utilise une roulette pour venir marquer la partie haute du talon.

La marque est, dans ce cas, profonde, nette et suit parfaitement le talon.

 

Vous avez déjà compris ce que font certains fabricants ?

He oui : un rapide coup de roulette, grossier et peu profond sur le talon. 

Ici encore, c’est encore du temps de fabrication de perdu pour quelque chose de complètement inutile.

La marque est à peine visible .. Quel est l’intérêt ?

 

Si vous mettez bout à bout ces 3 finitions sur une paire fabriquée machine je peux vous assurer que le temps passé est non négligeable et à forcément un impact sur le prix de revient (donc aussi sur le prix de vente).

Avez-vous beaucoup de chaussures qui reproduisent ces finitions dans votre placard ?

Avez-vous remarqué d’autres finitions caractéristiques de la botterie qui sont souvent imitées par les marques de prêt à chausser ?