La chaussure derby : origines et histoire

 

Avec le richelieu c’est l’autre appellation la plus connue pour des chaussures.

A tel point que parfois vous pouvez faire la confusion entre les deux.

 

Comme j’ai déjà consacré un article au richelieu, ce blog ne serait pas complet sans son pendant pour la chaussure derby.

 

Dans cet article, je vais m’efforcer de répondre aux questions suivantes à propos du derby :

  • Quelles sont ses caractéristiques ? 
  • Quelles sont ses origines ? Son histoire ? 
  • Quelles sont les variations les plus connues ?
  • Quelques exemples de derby “mythiques” 

 

Avec la lecture de ces 2 articles, vous ne ferez plus jamais la confusion, faites -moi confiance !

 

 

Rappel : qu’est qu’une chaussure derby

 

Si vous avez lu notre article sur les différents modèles de chaussures alors vous devez déjà pouvoir répondre à cette question.

Mais un rappel ne fera pas de mal au cas où.

 

Comme pour le richelieu, ce qui fait qu’on peut dire d’une chaussure que c’est un derby c’est son système de laçage.

Dans ce cas, les garants sont laissés libres. 

Vous avez donc deux garants de chaque côté qui sont cousus par-dessus l’empeigne (la pièce de cuir qui forme le bout de la chaussure et remonte jusqu’à la languette).
Note: si vous n’êtes pas familier avec certains termes techniques, utilisez notre lexique de la chaussure

 

Voilà à quoi ressemble un le système de laçage d’un derby

 

Le résultat : un laçage qu’on dit ouvert, offrant bien plus d’amplitude qu’un richelieu.

Cette caractéristique est bien pratique pour ceux qui, comme moi, ont un fort cou-de-pied.

Dans ce cas, un richelieu peut être douloureux à porter… Pour ne pas dire impossible !

 

 

Les origines de la chaussure derby

 

Comme pour le richelieu il est impossible de connaître exactement l’origine de ce type de chaussures.

Il y a de nombreuses histoires différentes. 

J’ai décidé de vous raconter les 3 plus connues.

Libre à vous de choisir celle que vous préférez et / ou qui vous semble la plus plausible.

 

 

La chaussure derby comme une évolution du richelieu

 

Dans cette version, le derby est arrivé après le richelieu.

Il en serait une évolution… Et pas des moindres !

On est sur une construction totalement différente par rapport aux chaussures de l’époque.

 

Pourquoi certaines personnes ont-elles eu besoin de repenser la façon dont on fabrique des chaussures ?

Toujours cette histoire de cou-de-pied.

cou-de-pied

Voilà le coupable !
En général, un cou-de-pied fort est associé à une voûte plantaire haute

 

La faible amplitude du laçage fermé du richelieu posait problème aussi bien :

  • au niveau du confort
  • que de la rapidité avec laquelle on peut les enfiler.

C’est pour résoudre ces 2 problèmes principaux que le derby aurait été inventé.

 

 

La chaussure… du comte de Derby

 

Comme souvent avec les chaussures, l’origine se situerait de l’autre côté de la manche.

Dans cette version, c’est grâce à Edward Smith-Stanley, 14ème comte de Derby que la chaussure derby est née.

chaussure derby

Voici le 14ème comte de Derby

 

Ce cher monsieur était apparemment un homme aux proportions généreuses.

Notamment au niveau des pieds.

A tel point que porter des bottes était compliqué pour lui.

 

Pour faire face à ces difficultés, son bottier a développé une botte à lacets qui convenait mieux à ses pieds que des bottes à lacets fermés.

Le brodequin (un derby montant) était né !

 

 

La chaussure des guerres napoléonienne

 

Le derby (sous son autre nom Blucher particulièrement utilisé aux Etats-Unis) serait, dans cette version l’idée du général de l’armée prussienne Gebhard Leberecht von Blücher

Le fameux général !

 

Pour les soldats européens, dans les années 1800, les bottes sont la norme.

Elles ne sont pas rapides à mettre et à retirer.

Particulièrement en temps de guerre où les soldats passent beaucoup de temps dans l’eau et la boue.

 

En 1814, le général demande la conception de nouvelles chaussures pour remplacer la botte militaire standard.

 Cette nouvelle chaussure permet à ses troupes de se préparer bien plus rapidement pour la bataille.

Les caractéristiques de ces nouvelles chaussures ?

Elles ont des lacets qui viennent resserrer deux “oreilles” de cuir et ne montent pas plus haut que la cheville

Autrement dit : elles ont un système de laçage ouvert !

Effectivement, ça ne devait pas être très pratique à mettre ou à retirer…

 

Vous avez une histoire préférée ?

Ne la prenez pas pour acquise, car il est fort probable que le derby ait été inventé simultanément à différents endroits et par différentes personnes. 

 

 

Variations autour de la chaussure derby

 

Vous imaginez bien que, depuis son invention, il y a eu une multitude de variations autour du derby.

Il y en a tellement en fait que, si vous entrez dans une boutique et que vous vous contentez de dire que vous souhaitez une paire de derby, vous risquez d’être surpris par la quantité de modèles qu’on va vous proposer. 

 

Passons en revue quelques grands classiques de la chaussure derby

 

Derby plain toe

 

Chaussure derby plain toe

Voici un exemple de derby plain toe en cuir fauve

 

Comme son pendant richelieu, il n’y a aucune fioriture sur ce modèle : des quartiers, une claque et le tour est joué ! 

Pas de perforations, pas de bout. 

C’est le modèle le plus simple. 

 

Derby à bout droit (Cap Toe Derby)

 

Chaussure derby bout droit

Ici un exemple de derby à bout droit en cuir noir

 

C’est l’alternative pour ceux qui ont le pied fort au classique et intemporel richelieu à bout droit.

On pourra le choisir dans un marron profond pour une paire très polyvalente ou en noir si l’on recherche quelque chose de plus formel.

 

La seule différence par rapport au modèle précédent est l’ajout d’une pièce en cuir sur l’avant qui va venir former le bout droit. 

 

 

Derby brogue

 

chaussure derby brogue

Un exemple de derby brogue avec un bout long wing (ie : un bout golf qui va jusqu’à l’arrière de la chaussure)

 

Comme pour les autres chaussures l’appellation brogue peut être conjuguée avec derby.

On s’éloigne alors, encore un peu plus, des chaussures formelles.
Note : il est couramment admis que plus vous avez des perforations moins la chaussure est formelle

 

Cette appellation va regrouper un grand nombre de modèles différents :

  • 1/4 de brogue
  • 1/2 brogue
  • Full brogue.

 

Si en plus on tient compte du type de bout :

  • droit,
  • golf
  • long-wing

alors les combinaisons possibles sont encore plus nombreuses.

 

 

Buck

 

Chaussure derby bucks

Les fameux White Bucks de chez Crockett & Jones

 

Ce derby, cousin du richelieu saddle, était particulièrement populaire auprès des jeunes dans les années 50.

Cette chaussure se caractérise par une tige en cuir suédé clair (normalement blanc mais le beige est toléré), montée sur une semelle en gomme rouge brique.

 

Le nom buck provient du fait, qu’à l’origine, ce modèle était fabriqué en cuir de buck (= cerf ou élan, bref un cervidé mâle)

 

 

Blucher

 

chaussure derby blucher

Vous voyez les “2 oreilles” caractéristiques du derby blucher

 

En anglais, les termes derby et blucher désignent la même chose.

En français, on a fait du blucher un type de derby bien particulier.

 

Mais, cette fois, cela n’est pas lié à une histoire de perforations ou de bout.

On est ici sur une claque unie sur laquelle on vient ajouter “2 oreilles” pour former le système de laçage ouvert.

 

 

Derby à boucle(s)

 

chaussure derby boucles

Sur cette photo, vous pouvez constater que le système de fermeture est bien celui caractéristique d’une chaussure derby

 

Vous allez me dire que ce n’est pas un derby.

Et pourtant si.

 

Si vous regardez le système de fermeture, on est sur une conception identique.

La différence c’est que le système de fermeture ne fonctionne pas avec des lacets … Mais avec des boucles !

 

Pour être totalement exhaustif, je tiens à vous préciser qu’il existe des chaussures à boucles sur la base d’un richelieu.

Dans ce cas, on voit bien l’aspect fermé du système

 

 

Les chaussures derby mythiques

 

Vous l’avez compris le derby est un intemporel de la chaussure pour hommes. 

Du coup, de très nombreuses marques proposent leur vision de ce modèle.

A tel point, que certains d’entre eux sont devenus de véritable classique. 

 

 

Derby chasse de JM Weston

 

chaussure derby chasse Weston

 

Ce modèle est tellement célèbre que son nom (comme Kleenex ou Post-it) est entré dans le langage courant du monde de la chaussure.

Pourtant le derby à nez jointé n’a pas été inventé par Weston.

 

Le problème c’est que, là encore, il y a plusieurs histoires.

 

Une première version dit que ce type de chaussure trouverait son origine chez les pécheurs norvégiens qui avaient besoin de chaussures particulièrement résistantes

Cette histoire expliquerait pourquoi, en anglais, ce type de chaussures est appelé Norvégian derby.

 

La seconde version vient (une fois encore) de l’autre côté de la manche.

Plus précisément des ouvriers des années 1800 et début 1900 qui travaillaient sur les grands projets de génie civil comme le réseau de chemins de fer ou les canaux. 

On les appelait les navigator (ou navvys pour les intimes).

 

Compte tenu de leurs conditions de travail, ils avaient besoin de chaussures particulièrement résistantes à l’eau.

Serait-ce un hasard si aujourd’hui encore, en Angleterre, on parle de navvy cut pour un patronage de derby à plateau ?

 

 

Long Wing de chez Alden

 

 

Arca de chez Corthay