Composition chaussures

Cambrion, garniture, bout dur, etc : l’importance des pièces invisibles

Vous ne les voyez pas pourtant elles sont d’une importance capitale…

C’est un peu comme une voiture:

elle vous a attiré par les lignes de son châssis. 

Vous avez été séduit par la qualité des matériaux utilisés. 

Mais, une fois le capot ouvert, vous apercevez un moteur de tondeuse…

C’est tout de suite moins intéressant non ? 

Et bien pour les chaussures c’est la même chose ! 

La majorité des fabricants communiquent plus ou moins largement sur

  • l’origine et le type des cuirs utilisés (le sujet est vaste donc la communication plus ou moins opaque)
  • le montage utilisé pour la fabrication des chaussures.

Et c’est tout ! 

Pourtant il y a des pièces très importantes dont on ne parle jamais. 

Et pour cause personne, à part le fabricant, ne les voit. 

Pas vu pas pris comme on dit.

Sauf que ces pièces c’est un peu comme le moteur dont je vous parlais plus haut. 

Si elles ne sont pas à la hauteur alors vous risquez d’avoir de mauvaises surprises sur le long terme. 

Surtout, comme personne ne les voit, c’est une source d’économie pour certains fabricants peu scrupuleux. 

 

Le cambrion: colonne vertébrale de vos chaussures

« Caché » entre la première de montage et la semelle d’usure il ne se voit pas à l’oeil nu

Le cambrion est indispensable au niveau du vide de la cambrure (à l’arrière il y a le talon et à l’avant la semelle d’usure) car c’est une partie qui est très sollicitée lors de la marche. 

Si on ne prend pas la peine de la consolider il y a de grands risques que la chaussure se « brise ». 

Il est possible de le fabriquer dans de nombreuses matières et son montage n’est pas si évident qu’on peut le penser.  

 

  • Les matériaux utilisés

Le cambrion en plastique

cambrion en plastique

Vous vous en doutez ce n’est pas le plus noble des matériaux utilisés.

Pourtant il est malheureusement de plus en plus fréquent.

Pourquoi ? Il est simple à fabriquer et ne coûte presque rien. 

Certaines marquent avancent que l’utilisation d’un cambrion en plastique évite à vos chaussures de « sonner » à l’aéroport

Vu que le but du cambrion est de solidifier l’ouvrage vous comprenez tout de suite pourquoi le plastique n’est pas recommandé.

 

Le cambrion en cuir 

cambrion en cuir

C’est le plus noble, le plus durable… Et le plus coûteux ! 

Il n’est utilisé que par les bottiers (et pas tous) dans le cadre de chaussures sur mesure (avec souvent un double cambrion, j’en parle plus bas).

On le fabrique dans le même cuir que celui utilisé pour les semelles. C’est donc un cuir très rigide (du croupon à tannage végétal) que le bottier prend la peine de re-tailler à la main. 

Dans ce cas, l’artisan pourra donner une forme parfaitement adaptée au cambrion et prendre la peine de rebattre le cuir afin de tasser les fibres pour une plus grande résistance. 

Dans les chaussures « prêt-à-chausser » certains fabricants utilisent des cambrions en cuir fabriqués de façon industriel. 

L’inconvénient, dans ce cas, c’est que le cuir est de mauvaise qualité et qu’il faut mieux privilégier le cambrion suivant.

 

Le cambrion en bois (celui utilisé sur les chaussures Jacques & Déméter)

C’est sans doute le plus couramment utilisé par les fabricants de chaussures haut de gamme. 

Il offre le meilleur compromis entre résistance et coût de fabrication. 

 

Le cambrion en métal

Cambrion métal

Il est, normalement, à réserver pour les chaussures aux utilisations intensives ou les chaussures à haut talon. 
Note: d’ailleurs il existe des cambrions réalisés à partir de long clous chauffés et martelés pour aplanir la tête

Cambrion fait à partir d'un grand clou

Pas sûr que ça soit très confortable mais c’est du solde !

La rigidité du matériau permet à la pièce de parfaitement remplir son rôle. 

Attention tout de même: certains fabricants remplacent le cambrion en métal par un simple bout de tôle, boite de conserve, légèrement plié. 

... oui ce genre de choses existent...

… oui ce genre de choses existent…

Vous imaginez bien que dans ce cas le rôle de maintien ne pourra pas être rempli. 

Si un cambrion en plastique casse facilement sachez que le bois ou le métal ne sont pas à l’abri. 

La qualité du bois ou du métal utilisé est une des raisons mais ce n’est pas la seule. 

Cela m’amène au second point:

 

  • Le montage du cambrion

Le cambrion vient donc se positionner entre la première de montage et la semelle d’usure. 

Dans un ouvrage que je vous recommande François Desprez écrit: 

 » Le cambrion doit prendre ou finit le garni en avançant légèrement sur celui-ci qui a été découpé en biseau. Le cambrion sur le côté viendra en biseau jusqu’à 1cm environ de la largeur totale de la semelle »

C’est précis, sans doute pas très clair pour tout le monde, mais le but est simplement de vous montrer que le montage du cambrion ne se fait pas au hasard.

Montage du cambrion

Voici un schéma sur le montage du cambrion qui vous permettra d’y voir plus clair

De plus il doit être fixé à celle-ci et, la aussi, il y a plusieurs procédés. Le cambrion peut être:

  • Collé
  • Cloué
  • Fixé avec des semences en bois
  • Collé + semences en bois
  • Cloué + collé sur un second cambrion

Un cambrion qui est simplement collé risque de bouger. 

S’il bouge (et qu’il n’est plus bien dans l’axe) il risque de casser et la suite… vous la connaissez ! 
Note: même un cambrion en métal peut casser, la preuve:

Cambrion en métal cassé

Il est donc préférable qu’il soit cloué (assez rare) ou collé et bien maintenu avec des semences en bois. 

Le dernier cas, celui du double cambrion se rencontre uniquement sur les chaussures sur-mesure (mais pas toutes). 

Dans ce cas, on prend un cambrion en cuir assez fin sur lequel on vient fixer un cambrion en métal. 

Cela peut paraître anodin de disserter sur une pièce qu’on ne voit même pas.

Pourtant sachez qu’un mauvais maintien au niveau de la cambrure peut être la cause de nombreux problèmes orthopédiques.

 

La garniture: plaque, pâte ou pire ?

L’avant du cambrion va être recouvert par la garniture qui permet de présenter une surface bien plane pour accueillir la semelle d’usure. 

Pour illustration voici une coupe d’un montage Goodyear pour que vous visualisiez le positionnement de la garniture (appelée liège sur le schéma)

 

Différents montages des chaussures cousu goodyear trépointe

montage cousu goodyear

Comme pour le cambrion il ne faut pas négliger l’importance de la garniture… que vous ne voyez jamais ! 

Son rôle est multiple: 

  • par sa souplesse et son élasticité il joue un rôle dans le confort des chaussures
  • être isotherme et calorifuge
  • être capable de prendre légèrement l’empreinte à l’avant du pied pour donner plus de confort (pas trop car un rempli trop mou ne sera pas confortable du tout)

Du côté des considérations techniques il doit pouvoir plier sans rompre afin de coller au déroulé du pied lors de la marche. 

Il faut en plus que toutes ces qualités soient remplies tout au long de la durée de vie de vos chaussures ! 

Enfin, comme pour le cambrion, une garniture trop rigide (ou trop souple) peut être une source de problème orthopédiques. 

Les matériaux utilisés pour le rempli sont divers et variés, sans forcément tenir compte des contraintes ci-dessus:

  • liège
  • agglomérat de colle et de liège
  • cuir
  • croûte
  • plastique ,
  • salpa ( = cuir reconstitué)
  • caoutchouc
  • mousse 
  • etc.

Comme pour le cambrion la garniture la plus noble, celle qui remplit le mieux son rôle et qui durera de nombreuses années est en cuir. 

La aussi c’est un cuir similaire à celui utilisé pour les semelles d’usure 
Note: d’ailleurs certains cordonniers lors d’un ressemelage récupèrent la semelle pour s’en servir de rempli

Mais, malheureusement, à ma connaissance, plus aucun fabricant n’utilise du cuir pour le rempli des chaussures. 

Croute, plastique, caoutchouc et tous les autres cités au dessus (et sans doute d’autres que j’oublie ou ne connaît pas) sont à éviter autant que possible.

Le liège est le plus adapté pour subir et résister à toutes les contraintes que la garniture va subir. 

Garniture chaussures en plaque de liège

Voila une belle garniture en plaque de liège

Mais ce n’est ni la matière la moins coûteuse, ni la plus simple à mettre en place. 

Il va falloir découper la plaque à la forme pour qu’elle vienne parfaitement se coller au mur de montage. 

C’est donc du temps de travail et un coût au bout de la chaîne. 

Malgré tout c’est cette garniture que nous utilisons chez Jacques & Déméter

Afin de ne pas tomber dans les dérives qui consistent à utiliser de la simple mousse les fabricants utilisent fréquemment une pâte qui est un agglomérat de liège et de colle plus facile à poser. 

Garniture chaussures en pâte de liège

Ici une garniture un peu moins belle en pâte de liège

Comme pour le cambrion en plastique de cette pâte est très répandu dans la fabrication de chaussures.

En revanche, vu sa texture, il est assez évident qu’elle ne possède pas les mêmes propriétés que le liège en plaque et qu’elle ne remplira pas aussi bien son rôle. 

 

Bout dur et contrefort: les garants de la forme ! 

La encore c’est la même histoire: 

bout dur et contrefort peuvent être en cuir (toujours le même que le cuir à semelles) ou ils peuvent être synthétiques. 

Les puristes mettront en avant les propriétés exceptionnelles du cuir (ce dont je ne doute pas) qui, en cas de choc par exemple, reprendra mieux sa forme initiale qu’une matière synthétique. 

Ce n’est pas totalement faux mais, au regard du prix de ces pièces si on les veut dans un cuir de qualité, auquel s’ajoute le temps de travail pour les préparer vous comprendrez que dans ce cas, nous tolérons que bout dur et contrefort soient en synthétiques. 
Note: d’ailleurs, à ma connaissance, il ne doit y avoir que 3 ou 4 marques qui utilisent du cuir pour ces pièces. 

Dans tous les cas, il faut ABSOLUMENT, que ces pièces soient présentes ! 

Elles sont les garantes de la bonne forme de vos chaussures et, sans elles, ces dernières risquent de s’effondrer comme un château de cartes! (oui j’exagère mais c’est plus parlant).